Blog - Alpes

Alpes

Le défi des stations de ski face au changement climatique  -  par Capleymar

Le réchauffement climatique et ses conséquences sur la fiabilité de l’enneigement naturel

isola-2000-janvier-2016.jpg

Une saison de ski alpin débute généralement à la mi-décembre et s’achève à la mi-avril, soit environ 120 jours d’activité à nuancer bien entendu en fonction de l’enneigement. Les pics de fréquentation se situent pendant la période Noël/Jour de l’An, les vacances de février et de printemps.

La viabilité financière du tourisme d’hiver repose donc dans une large mesure sur :

- Les précipitations neigeuses

- La fiabilité de l’enneigement des domaines skiables

Quelle est la quantité de neige nécessaire pour assurer l’exploitation des pistes de ski ?

D’un point de vue strictement technique, 30 centimètres de neige suffisent pour assurer un fonctionnement sans danger.

50 centimètres offrent des conditions satisfaisantes et 75 centimètres des conditions excellentes.

Cependant, les pentes rocheuses, à des altitudes élevées, peuvent exiger une épaisseur de neige beaucoup plus importante pour être skiables (jusqu’à 1 mètre).

Sous l’influence du réchauffement climatique, le manteau neigeux alpin diminuera et impactera la fiabilité de l’enneigement naturel. La fiabilité de l’enneigement naturel s’appuie principalement sur la règle des 100 jours (Witmer (1986),selon laquelle pour exploiter un domaine skiable avec un résultat satisfaisant, il faut un manteau neigeux suffisant pour la pratique du ski pendant au moins cent jours par saison. Cette règle n’est pas immuable, mais elle représente un outil de travail utilisé par exemple par bon nombre de grands domaines en Suisse.

Selon les estimations, dans un climat plus chaud, la limite des neiges, ainsi que la limite de la fiabilité de l’enneigement naturel, monteraient de 150 mètres par degré Celsius gagné (Föhn, 1990 et Haeberli et Beniston, 1998).

Dans une perspective de modification du climat plus ou moins importante, nous pourrions être amenés au constat suivant :

  1. Dans les régions où la limite de la fiabilité de l’enneigement naturel se situe actuellement à 1050 m, elle passera à 1200 m, 1350 m ou 1650 m si le réchauffement est de 1 °C, de 2 °C ou de 4 °C, respectivement.
     
  2. Dans les régions où la limite de la fiabilité de l’enneigement naturel se situe actuellement à 1200 m, elle passera à 1350 m (1 °C), 1500 m (2 °C) et 1 800 m (4 °C).
     
  3. Dans les régions où la limite de la fiabilité de l’enneigement naturel se situe actuellement à 1500 m, elle passera à 1650 m (1 °C), 1800 m (2 °C) et 2 100 m (4 °C)

Incidences globales dans l’arc alpin

On compte 666 domaines skiables alpins dans l’ensemble du massif.

Dans les conditions climatiques actuelles, 609 des domaines peuvent être considérés comme fiables du point de vue de l’enneigement naturel.

Dans la perspective d’un réchauffement, le nombre de domaines fiables pourrait chuter de :

Pour 1 degré à 500 (75% des domaines existant aujourd’hui)

Pour 2 degrés à 404 (61% des domaines existant aujourd’hui)

Pour 4 degrés à 202 (30 % des domaines existant aujourd’hui)

Incidences au niveau national dans les différents pays de l’arc alpin

La sensibilité des domaines skiables au changement climatique est très différente d’un pays à l’autre.

L’Allemagne vient en tête des pays les plus touchés, suivie par l’Autriche, la France reste dans la moyenne et l’Italie se maintient un peu au-dessus. En Suisse, les conséquences sont moins sensibles.

Pays Nombre de domaines skiables Enneigement fiable dans les conditions actuelles +1 °C +2 °C +3 °C
 Autriche 228 199 153 115 47
Suisse 164 159 142 129 78
Allemagne 39 27 11 5 1
France 148 143 123 96 55
Italie 87 81 71 59 21
Total 666 609 500 404 202

Autriche et Allemagne

Ce sont les pays les plus affectés, car beaucoup de domaines se situent à faible altitude, comme en témoignent celles de Schladming et de Kitzbühl, mondialement connues, qui ne se trouvent qu’à 745 m et 800 m au-dessus du niveau de la mer. Il en va de même pour les stations bavaroises.

Suisse

Les domaines skiables de Suisse seront les moins atteints par les conséquences du réchauffement climatique de toutes les Alpes. Cependant, il existe de nettes différences entre régions. Si l’enneigement naturel restait fiable dans une vaste majorité des domaines des Grisons et du Valais, toutes les autres régions de Suisse seraient touchées beaucoup plus durement.

France

En France, beaucoup de domaines skiables atteignent des altitudes assez hautes. Cela est dû à la présence de massifs élevés et à la construction de « stations intégrées » (stations créées uniquement pour la pratique du ski) pour lesquelles le tourisme d’hiver français est réputé. Ces stations par elles-mêmes sont généralement situées à des altitudes relativement élevées, au-dessus des villages traditionnels.

Italie

De manière générale, les domaines skiables italiens se caractérisent par des plages d’altitude élevée. Beaucoup de stations d’altitude se trouvent dans le Nord-ouest, dans les hauts massifs du Mont-Blanc et du Mont-Rose. L’impact du changement climatique serait donc plus atténué. Les massifs de la partie orientale seraient plus durement affecté.

14-stations-ski-Alpes-nord-face-rechauffement-climatique-Tome-2.pdf

OCDE_Changement Climatique.pdf

L’hiver sans neige sonne le glas du ski industriel

La neve è finita

Le billet économique : Les stations de ski face au défi climatique (Marie Viennot-France Culture)

France_culture.png

Les stations_de_ski_face_au_defi_climatique.pdf

Reportage de "C'est pas sorcier".

Le réchauffement climatique et ses conséquences sur la fiabilité de l’enneigement naturel

isola-2000-janvier-2016.jpg

Une saison de ski alpin débute généralement à la mi-décembre et s’achève à la mi-avril, soit environ 120 jours d’activité à nuancer bien entendu en fonction de l’enneigement. Les pics de fréquentation se situent pendant la période Noël/Jour de l’An, les vacances de février et de printemps.

La viabilité financière du tourisme d’hiver repose donc dans une large mesure sur :

- Les précipitations neigeuses

- La fiabilité de l’enneigement des domaines skiables

Quelle est la quantité de neige nécessaire pour assurer l’exploitation des pistes de ski ?

D’un point de vue strictement technique, 30 centimètres de neige suffisent pour assurer un fonctionnement sans danger.

50 centimètres offrent des conditions satisfaisantes et 75 centimètres des conditions excellentes.

Cependant, les pentes rocheuses, à des altitudes élevées, peuvent exiger une épaisseur de neige beaucoup plus importante pour être skiables (jusqu’à 1 mètre).

Sous l’influence du réchauffement climatique, le manteau neigeux alpin diminuera et impactera la fiabilité de l’enneigement naturel. La fiabilité de l’enneigement naturel s’appuie principalement sur la règle des 100 jours (Witmer (1986),selon laquelle pour exploiter un domaine skiable avec un résultat satisfaisant, il faut un manteau neigeux suffisant pour la pratique du ski pendant au moins cent jours par saison. Cette règle n’est pas immuable, mais elle représente un outil de travail utilisé par exemple par bon nombre de grands domaines en Suisse.

Selon les estimations, dans un climat plus chaud, la limite des neiges, ainsi que la limite de la fiabilité de l’enneigement naturel, monteraient de 150 mètres par degré Celsius gagné (Föhn, 1990 et Haeberli et Beniston, 1998).

Dans une perspective de modification du climat plus ou moins importante, nous pourrions être amenés au constat suivant :

  1. Dans les régions où la limite de la fiabilité de l’enneigement naturel se situe actuellement à 1050 m, elle passera à 1200 m, 1350 m ou 1650 m si le réchauffement est de 1 °C, de 2 °C ou de 4 °C, respectivement.
     
  2. Dans les régions où la limite de la fiabilité de l’enneigement naturel se situe actuellement à 1200 m, elle passera à 1350 m (1 °C), 1500 m (2 °C) et 1 800 m (4 °C).
     
  3. Dans les régions où la limite de la fiabilité de l’enneigement naturel se situe actuellement à 1500 m, elle passera à 1650 m (1 °C), 1800 m (2 °C) et 2 100 m (4 °C)

Incidences globales dans l’arc alpin

On compte 666 domaines skiables alpins dans l’ensemble du massif.

Dans les conditions climatiques actuelles, 609 des domaines peuvent être considérés comme fiables du point de vue de l’enneigement naturel.

Dans la perspective d’un réchauffement, le nombre de domaines fiables pourrait chuter de :

Pour 1 degré à 500 (75% des domaines existant aujourd’hui)

Pour 2 degrés à 404 (61% des domaines existant aujourd’hui)

Pour 4 degrés à 202 (30 % des domaines existant aujourd’hui)

Incidences au niveau national dans les différents pays de l’arc alpin

La sensibilité des domaines skiables au changement climatique est très différente d’un pays à l’autre.

L’Allemagne vient en tête des pays les plus touchés, suivie par l’Autriche, la France reste dans la moyenne et l’Italie se maintient un peu au-dessus. En Suisse, les conséquences sont moins sensibles.

Pays Nombre de domaines skiables Enneigement fiable dans les conditions actuelles +1 °C +2 °C +3 °C
 Autriche 228 199 153 115 47
Suisse 164 159 142 129 78
Allemagne 39 27 11 5 1
France 148 143 123 96 55
Italie 87 81 71 59 21
Total 666 609 500 404 202

Autriche et Allemagne

Ce sont les pays les plus affectés, car beaucoup de domaines se situent à faible altitude, comme en témoignent celles de Schladming et de Kitzbühl, mondialement connues, qui ne se trouvent qu’à 745 m et 800 m au-dessus du niveau de la mer. Il en va de même pour les stations bavaroises.

Suisse

Les domaines skiables de Suisse seront les moins atteints par les conséquences du réchauffement climatique de toutes les Alpes. Cependant, il existe de nettes différences entre régions. Si l’enneigement naturel restait fiable dans une vaste majorité des domaines des Grisons et du Valais, toutes les autres régions de Suisse seraient touchées beaucoup plus durement.

France

En France, beaucoup de domaines skiables atteignent des altitudes assez hautes. Cela est dû à la présence de massifs élevés et à la construction de « stations intégrées » (stations créées uniquement pour la pratique du ski) pour lesquelles le tourisme d’hiver français est réputé. Ces stations par elles-mêmes sont généralement situées à des altitudes relativement élevées, au-dessus des villages traditionnels.

Italie

De manière générale, les domaines skiables italiens se caractérisent par des plages d’altitude élevée. Beaucoup de stations d’altitude se trouvent dans le Nord-ouest, dans les hauts massifs du Mont-Blanc et du Mont-Rose. L’impact du changement climatique serait donc plus atténué. Les massifs de la partie orientale seraient plus durement affecté.

14-stations-ski-Alpes-nord-face-rechauffement-climatique-Tome-2.pdf

OCDE_Changement Climatique.pdf

L’hiver sans neige sonne le glas du ski industriel

La neve è finita

Le billet économique : Les stations de ski face au défi climatique (Marie Viennot-France Culture)

France_culture.png

Les stations_de_ski_face_au_defi_climatique.pdf

Reportage de "C'est pas sorcier".

Fermer Fermer

Publié le 31/03/2018 13:09   | Tous les billets
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
<O>
Zxap
Recopier le code :


  Nombre de membres 8 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!